Notre projet de recherche


projet

L'objectif de notre projet

Nous voulons mieux définir les caractéristiques des mamans qui ont un col court en proposant deux nouveautés:

1- faire l'échographie endovaginale en position debout,
2- mesurer l'angle du col avec la partie basse de l'utérus.

Pourquoi l'échographie en position debout ?

Le col est un organe qui tient l'utérus fermé pendant la grossesse. Quand la patiente est en position couchée, le col n'est pas sollicité par le « poids du bébé », le col est en position de repos. Ceci ne correspond pas à la vraie vie de la patiente. En effet, la plupart du temps les patientes sont en position debout. Nous voulons donc voir comment se comporte le col de l'utérus quand la patiente est en position debout après une minute et après trois minutes.

 

Pourquoi la mesure des angles du col de l'utérus ?

Notre équipe travaille sur l'échographie du col depuis de nombreuses années et nous essayons de mieux comprendre ce qui peut nous aider à trouver les mamans qui vont accoucher prématurément. Nous pensons que si le col est plus aligné avec la partie basse de l'utérus alors le risque de naissance prématurés est plus grand. Nous pensons à l'inverse que si le col « se coude » quand la maman se met debout, cette situation est plus favorable pour une prolongation de la grossesse et un accouchement à terme. Ces mesures seront faites après l'échographie sur l'écran de l'ordinateur et ne prolongeront pas la durée de l'examen.

 

Ou en sommes-nous actuellement ?

La première étude a été réalisée au CHU de Sherbrooke (Québec – Canada). Nous avons mis au point la technique de l'échographie endovaginale en position debout. Nous avons fait cette mesure sur plus de 60 patientes. Aucun incident n'est survenu. Nous avons testé la satisfaction des mamans après échographie, et elles ont trouvé que l'examen était moins désagréable qu'un examen gynécologique habituel. Nous voulons tester cette méthode dans différents hôpitaux afin d'obtenir plus de renseignements. Nous avons réuni une équipe de 5 hôpitaux universitaires au Canada, en France et en Suisse.

 

En pratique comment peut-il se passer pour vous ?

Vous avez/allé rencontrer un professionnel de la santé qui connait bien et qui pourra vous parler de l'étude et répondre à toutes vos questions. Un formulaire de consentement vous sera proposé et vous serez libre de le consulter et de le signer. Si vous refusez, l'étude ne sera pas réalisée. Si vous acceptez, vous aurez une échographie debout et on suivra le devenir de votre grossesse.